SHARKEY

Publié le par J_Septimus

Vu : PYRAMIDE 1   Page 25 Vignette 12 Cité : PYRAMIDE 1  Page 24 Vignette 5



On découvre Sharkey alors qu'il est officiellement lieutenant (Wézil) sur un chantier de fouilles au Caire sous les ordres du docteur Grossgrabenstein.

C'est en fait un homme de main d'Olrik avec qui il compte s'emparer du fabuleux trésor d'Aknaton. Le choses ayant mal tourné pour eux, Sharkey est abandonné, ainsi que ses complices, par le "Colonel", est assommé par Blake alors qu'il s'apprêtait à exécuter Mortimer et Nasir, puis arrêté par le commissaire Kamal.

On ne le voit pas pendant l'épisode de la "Marque Jaune", (probablement purge t-il sa peine de prison) mais il semble qu'on le retrouve lors de "l'Enigme de l'Atlantide", sur l'île de Sao Miguel, toujours à la solde d'Olrik. (du moins peut on penser que l'homme au nez cassé apparaissant P 1 V 3 puis P 5 V 9 -avec une fausse barbe-  est bien  Sharkey. Toutefois un doute subsiste puisque l'épisode de l'Atlantide n'est pas mentionné dans son "curriculum-vitae" figurant en bas de la page 39 des "Trois formules du Professeur Sato). Quoiqu'il en soit, les deux personnages sont à nouveau réunis dans l'affaire SOS Météores.

Sharkey y joue un rôle beaucoup plus actif que précédemment, notamment lors d'une course-poursuite mémorable avec Blake, en voiture, fourgon postal, train et métro, puis  lors de sa fuite sur les toits de Paris avec Olrik. Malgré tout, grâce aux actions séparées de Mortimer  et Ernest Brisson d'un coté et de Blake et Pradier de l'autre, Sharkey est capturé par la Police ainsi qu'Olrik et ses autres lieutenants. (SOS P 60 V 1.) On l'identifie nettement avec son costume vert et son noeud papillon dénoué rouge, qu'il a portés durant toute l'histoire.

Il fait sa réapparition  dans "l'Affaire du Collier" grimé en laquais (Collier P 5 V 5) lors d'une réception à l'hôtel particulier du joaillier Duranton. On apprend à cette occasion que Sharkey s'est tiré 'sans dommage' de l'affaire SOS Météores, à l'inverse d'Olrik. (Collier P 5 V 5). Ceci semble curieux car Sharkey a bel et bien été arrêté et probablement condamné pour atteinte à la sureté de l'Etat ou terrorisme international. (au minimum !) Il faut en conclure qu'il s'est évadé (ce qui est peu probable puisqu'il rendait librement visite à Olrik à la Santé lors de l'incarcération de ce dernier - Collier P 28 V 11), ou que les juges se sont montrés cléments à son encontre, faisant endosser toute la responsabilité de l'Affaire à Olrik dont les antécédents judiciaires sont très chargés. Sharkey, jugé comme un simple complice n'aurait donc été condamné qu'à une légère peine qu'il aurait purgé le temps du "Piège Diabolique" dont il est absent. Quoiqu'il en soit, Sharkey, dans l'Affaire du Collier, joue à nouveau un rôle actif et on le voit d'ailleurs davantage sur le devant de la scène que son boss Olrik. Il tente notamment à trois reprises d'enlever le joaillier Duranton, (même s'il échoue à chaque tentative) ; Il est capturé par Pradier, Blake et Mortimer mais il parvient à leur fausser compagnie ; Enfin  lors de l'assaut donné par la police, il prend le commandement et "va au feu" à la tête de ses hommes. Blessé et hébété après l'explosion d'une grenade qu'il a lui-même lancée, il est de nouveau arrêté et probablement incarcéré. Comme précédemment, on ne sait s'il purge sa peine ou s'il s'évade, mais on retrouve sa trace au Japon, comme de bien entendu à la botte d'Olrik, lui même sous les ordres du Groupe Scorpio. Toutefois, durant toute la première partie des "Trois formules du Professeur Sato", on ne voit quasiment pas Sharkey, Olrik le cantonnant dans un rôle secondaire ("Sharkey, rejoins tes hommes et ouvre l'oeil" - Sato 1 P 39 V 9 ), préférant agir en compagnie de Kim sur le plan  technique et de Nika pour les actions sur le "terrain". On remarque que physiquement, Sharkey a quelque peu changé, son visage, qui s'est nettement arrondi et même empâté, ne reflète plus la même bestialité que par le passé - Sato 1 P 39 V 6, 7 et 9. Peut-être cela est il du à ses échecs répétés lors de ses aventures précédentes et aux peines de prisons (probablement) purgées. Dans Sato 2, il conserve un rôle de second plan ce qui ne l'empêche pas de commettre quelques bévues.

Enfin, lorsque la police investit la villa de Sato, il fuit en hélicoptère en compagnie de Kim et d'Olrik et périt très certainement lors de la collision entre l'appareil et le robot "Samouraï".

                                             *

"Vaillant grenadier" (comme le dit Pradier - Collier P 58 V 2), Sharkey est l'image-type de l'homme de main dévoué au service de son patron. On ne sait de quelle manière Olrik et Sharkey se sont rencontrés mais ce couple d'inséparables "méchants" donnera du fil à retordre à Blake et Mortimer ainsi qu'à bien des forces de police, jusqu'à leur (probable) tragique fin commune au Japon. Olrik, qui a toujours aimé s'entourer de "bras qui agissent" (même s'il les a tous traité d'incapables, à un moment ou à un autre...) n'a, précisément, pas de reproches à adresser à Sharkey au cours des deux épisodes égyptiens. Il est vrai qu'il n'a joué qu'un rôle mineur, sa principale tâche ayant été de faire feu sur la police afin que le "Colonel" puisse s'enfuir : Celui-ci aurait mauvaise grâce de lui en vouloir. Dans SOS Météores, Sharkey donne libre cours à ses talents d'homme d'action, notamment lors une course poursuite avec Blake qui doit mettre les bouchées doubles afin d'échapper au "Gorille". A cette occasion, Sharkey démontre qu'il peut faire preuve d'initiative et d'imagination : Il se rend chez le professeur Labrousse (et en l'occurrence il fait bien) alors qu'il avait ordre de ne pas bouger  ; Il se prétend de la police à deux reprises pour échapper à toute discussion ; Il repère sur un plan de métro le parcours supposé de Blake puis le retrouve malgré la foule ; Il découvre la fuite du capitaine sur le toit d'un wagon, l'ajuste avec son révolver et Blake ne doit son salut qu'au brusque départ de la rame qui déséquilibre Sharkey - SOS P 38 V 7... Malgré tout, Olrik, toujours intransigeant réagit violemment "Bref, il vous a roulés une fois de plus." - SOS P 40 V 3. Par la suite les remontrances et autres réprimandes d'Olrik à l'égard de son lieutenant seront monnaie courante, la première ayant lieu dans SOS P 5 V 6 : "Imbécile !". Plus on découvre Sharkey et plus on s'aperçoit qu'il a un caractère impulsif et rancunier et que ce sont précisément ces défauts qui le poussent à agir d'une façon maladroite et qu'Olrik réprouve. En conséquence, le "Colonel" s'évertue à rabaisser Sharkey à de nombreuses reprises, au moins autant pour le "calmer" que pour lui manifester un dédain qu'il éprouve, de toute façon,  pour l'humanité toute entière : "Imbécile ! Ce n'est vraiment pas le moment d'attirer l'attention sur nous... surtout après ce stupide accident de la rue Royale" (dont Sharkey est responsable.) SOS P 5 V 6 -"Ca va ! Sharkey, garde ton boniment" - SOS P 26 V 9 - "Blake [...] celui qui t'a si bien roulé [...]" - SOS P 26 V 10 -  - "Finies les gaffes maintenant [...] et tant pis pour les idiots." - SOS P 26 V 11. La seule réaction de "bonté" qu'aura Olrik envers Sharkey sera de le sauver (ainsi que Freddy) de la police lors d'une fuite mémorable sur les toits de Paris, en lui montrant la solution pour s'échapper ("Vite, faites comme moi ou vous êtes perdus" - SOS P 45 V 11) -  de la même façon qu'il lui montre la voie  pour fuir à nouveau devant Pradier dans l'appartement de Duranton "Vite ! Sharkey, vite !... ou nous sommes faits comme des rats." - Collier P 25 V 6. Il lui doit bien ça car tout de même, Olrik avait déjà promis à Sharkey de le sauver au Caire mais avait fuit seul. Curieusement, Sharkey, pourtant rancunier, n'a jamais fait allusion à cette scène mais il est probable que le"Colonel" a su "embobiner "son lieutenant. Peut-être faut il chercher dans cette absence de reproches, un signe tangible de l'admiration que Sharkey porte à son patron comme nous pouvons le voir à plusieurs reprises : "Le boss [...] Quel type ! !" - Collier P 5 V 5  - "Quand le boss prend cet air-là, c'est qu'il mijote un coup fumant." - Sato 1 P 46 V 8. Sharkey développe donc au fur et à mesure de sa relation avec Olrik, un rapport de "faible" agissant pour le compte d'une autorité supérieure qu'il a peur de décevoir, qu'il craint et respecte.

Il est éloquent de voir Sharkey, d'ordinaire fort-en-gueule et arrogant,  faire profil bas devant Olrik et sembler littéralement se défigurer - SOS P 28 V 8. Peu à peu cette relation va évoluer vers un rapport de stricte obéissance de Sharkey envers son patron "OK, boss" - Collier P 43 V 4 - "Vu" - Collier P 43 V 8 - "Voilà boss" - Collier P 50 V7 - "Compris" - Collier P 50 V 9. C'est dans ce rôle de soumission qu'Olrik le tolère. Cet "effacement" progressif de Sharkey va atteindre son apogée dans les "Trois Formules du Professeur Sato" puisqu'Olrik ne va confier à son gorille que des tâches subalternes "Quant à toi, tu restes là bien sagement devant cet écran [...] surtout ne touche à rien." - Sato 2 P 13 V 8 - "Reste éveillé" - Sato 2 P 13 V 9 - "Rejoins tes hommes et ouvre l'oeil" - Sato 1 P 39 V 9. Cela tranche nettement avec le Sharkey "actif" de la poursuite avec Blake dans SOS Météores ou de l'évasion dans les sous-terrains de Paris lors de l'Affaire du Collier. Même ses bévues, telles que la mise en route accidentelle de la chaîne d'androïdes - Sato 2 P 15 V 1 - et l'évasion de Mortimer ne provoquent plus la colère d'Olrik. Celui-ci réagit davantage avec cynisme et résignation, sachant de toute façon, qu'il ne peut pas attendre mieux de son gorille. "La sottise de Sharkey nous aura finalement servi [...] A propos, où est  cet imbécile ? " - Sato 2 P 34 V 4.

De son coté, Sharkey ne semble pas prendre ombrage de cette mise à l'écart se contentant, par exemple, d'avoir la bénédiction d'Olrik pour regarder Blanche Neige à la télévision "Merci Boss, vous êtes chic." - Sato 2. P 13 V 9.

                                   



*

Ennemi juré de Sharkey, Mortimer l'est depuis la correction infligée  par le professeur sur le plateau de Giza - Pyramide 1 P 50. Il ne s'agit toutefois pas là de leur première rencontre puisque lors du départ précipité d'Olrik et de Sharkey du Shepheard Hotel, Mortimer se trouve dans le hall prêt à intervenir - Pyramide 1 P 37 et 38. Malheureusement, la drogue qu'on lui a fait prendre à son insu lui fait perdre ses moyens et il ne peut donc identifier Sharkey comme étant le complice d'Olrik. Si tel avait été le cas, nul doute que, retrouver Sharkey sur le site de fouilles du docteur Grossgrabenstein  aurait permis à Mortimer de faire le lien avec Olrik et de lui faire comprendre que celui-ci en avait à un quelconque trésor. Du reste Mortimer réalise tardivement que Sharkey et Olrik sont complices (exactement dans Pyramide 2 P 11 V 8 et P 12 V 7). Avant cela, Sharkey n'est, pour le professeur, qu'une brute au service de Grossgrabenstein, qu'il se plait à provoquer à l'occasion "Tiens, voici notre champion de boxe." - Pyramide 2 P 3 V 13. Pour le "Gorille", par contre, la leçon infligée par Mortimer a été ressentie comme un véritable affront d'où la rancune tenace dont il fait preuve " Nous nous retrouverons" -  Pyramide 1 P 51 V 5 -  "Ah si je ne me retenais pas." -Pyramide 2 P 1 V 10 - "J'ai justement un petit compte à régler avec le barbu" - Pyramide 2 P 20 V 6. Il semble d'ailleurs éminemment satisfait lorsqu'il est sur le point  de mettre  sa vengeance à exécution -  Pyramide 2 P 20 V 12 et 13.  Lors de leur confrontation suivante dans SOS Météores P 47, Sharkey semble s'être adoucit, non pas qu'il ait oublié son désir de vengeance mais le fait de voir Mortimer prisonnier et de le railler semble suffire à son bonheur. "L'honorable professeur veut il avoir l'extrême bonté de me suivre ?" - SOS P 47 V 10. Curieusement, Mortimer n'a pas de vive réaction à la vue de son vieil ennemi au point qu'on se demande s'il l'a reconnu. En effet, le professeur ne s'attend certainement pas à retrouver Sharkey dans une usine désaffectée de la région parisienne alors qu'il doit le croire toujours en prison au Caire. De plus, Sharkey ne l'a pas habitué à s'exprimer de façon si châtiée. Peu après, - SOS P 47 V 13 -  à la vue du "Colonel", Mortimer s'exclame stupéfait : "Olrik !!!", or s'il avait reconnu Sharkey, il devait s'attendre  à retrouver son boss, l'un étant quasiment toujours flanqué de l'autre et n'aurait donc pas du être surpris. Quoiqu'il en soit, Sharkey et  Mortimer se retrouveront de nouveau, d'abord dans l'Affaire du Collier  puis au Japon, et à chaque fois que les choses tourneront bien pour lui, le bandit arborera l'air cynique de celui qui se sent fort devant un adversaire désarmé "Minute papillon" - Collier P 17 V 4 - "Cette fois mon pote, c'est pas ta grosse tête d'oeuf qui te sortira d'ici." - Sato 2 P 15 V 7. Le professeur sortant toujours vainqueur de ces confrontations, Sharkey n'en nourrira chaque fois que plus de haine à son égard, sentiment qu'il traduira par "C'est plus fort que moi, ce barbu me fait voir rouge" !..." - Collier P 17 V 5.

*

Le moins que l'on puisse dire des relations entre Sharkey et Blake,  c'est qu'elles ont débuté d'une façon énergique et mouvementée. En effet, sur le chantier de fouilles dont Sharkey est responsable, celui-ci rosse férocement le capitaine... qui ne réagit pas. Il faut dire que  Blake, déguisé en simple ouvrier indigène portant le nom d'Abbas, ne peut se défendre sous peine de voir sa véritable identité dévoilée. Il faut l'intervention du Cheik Abdel Razek, puis de Mortimer (lui-même ignorant la véritable identité d'Abbas) pour empêcher le capitaine  de tâter du fouet de Sharkey. - Pyramide 1 P 49. La prochaine qui les met aux prises - Pyramide 2 P 21 - est de la même veine puisque Blake, toujours sous l'identité d'Abbas, doit en venir aux mains pour délivrer Mortimer et Nasir des griffes de Sharkey. Ce dernier, assommé, et se réveillant certainement en prison, ne sait pas qu'Abbas était en réalité Blake et on peut se demander si, à ce moment précis de leur relation, il connaît le vrai visage du capitaine. C'est Olrik qui, plus tard, lui résumera les évènements :" Blake !!... Le capitaine Francis Blake de l''M.I.5 !!! Celui qui t'a si bien roulé dans l'Affaire de la Chambre d'Horus !" - SOS P 26 P 10.

 

Lorsqu'ils se retrouvent sur l'île de Sao Miguel, rien de particulier  n'est à signaler si ce n'est que, cette fois ci, c'est au tour Sharkey de se grimer en porteur et à Blake d'ignorer la véritable identité de son ennemi. C'est au cours d'une poursuite mémorable de huit pages - SOS P 31 à 38 - que les deux personnages se font face pour la première fois sans "fard". (SOS P 37 V 8). Il faut croire que leurs précédentes  rencontres ne les ont pas empêché de s'observer assidûment malgré leurs déguisements puisqu'ils se reconnaissent immédiatement au milieu de la foule dans un wagon de métro.

Quelques pages plus tard, - SOS P 40 V 2 -  leur première rencontre "rapprochée" est l'occasion pour le capitaine de rendre à Sharkey la monnaie de sa pièce reçue en Egypte, puisque, sur le point d'être capturé par Olrik et ses sbires, il assomme le Gorille en lui lançant un pistolet mitrailleur en plein visage. A l'occasion de cette confrontation, Sharkey agit avec Blake comme nous l'avons vu agir précédemment avec  Mortimer, à savoir que lui, si menaçant avec le capitaine en apprenant sa présence à Paris, "Blake !?! Lui ? [...] ...Par tous les diables ! Je vais lui ..." - SOS P 26 V 10 et 11 - se radoucit  et se montre simplement ironique dès qu'il a son ennemi en joue. "Allons passe moi ce joujou, mon mignon." - SOS P 41 V 11. Enfin, lors de l'aventure japonaise, Blake et Sharkey n'auront que très peu l'occasion de s'affronter puisque, comme nous  l'avons déjà mentionné, le Gorille n'est, dans cette histoire, que l'ombre de lui-même. En effet, si par le passé, la seule évocation du nom de ses ennemis le rendait furieux, cette fois, il ne s'émeut pas outre mesure lorsqu'il apprend l'arrivée imprévue du capitaine, se contentant de  rapporter froidement l'information à Olrik. "Boss, Nika vient d'intercepter un câble de Blake annonçant à Mortimer qu'il avance son arrivée de 24 heures..." SATO P 46 V 6. Leur dernière confrontation se déroulera dans Sato 2 P 39 et sera l'occasion pour Blake de menacer Sharkey (ainsi qu'Olrik et Kim) de son révolver. Le capitaine devra malgré tout jeter son arme devant le chantage du "Colonel" avant que les trois malfaiteurs n'embarquent pour leur dernier voyage à bord d'un hélicoptère.

 

                                          


 *   

Souvent présenté comme une brute, Sharkey mérite bien ce qualificatif tant les coups qu'il a porté sont nombreux : Il frappe Abbas (Blake) au visage avant de menacer Abdel Razek de son fouet et Mortimer avec ses poings - Pyramide 1 P 49 et 50 ; Il frappe à nouveau Abbas d'un crochet du droit au moment où il s'apprêtait à exécuter Mortimer et Nasir d'un air satisfait - Pyramide 2 P 21 ;  Il "passe à tabac" le professeur Labrousse  après avoir "mis au frais" la maitresse de maison, Catherine - SOS P 30 ; Il fait feu sur Blake - SOS P 38 V 9 ; A deux reprises, il lance une grenade sur ses ennemis - SOS P 44 et Collier P 59 ;  Trois fois, il fait feu sur Mortimer - Collier P 17 V 3, P 18 V 4 et P 26 V 5 - et tente de l'assommer d'un coup de crosse - Collier P 18 V 1 ; il frappe un policier avec une pierre - Collier P 40 V 8 ; Avec un sourire sadique, il actionne le volant libérant l'eau destinée  à faire avouer Duranton - Collier P 43 V 5 ; il frappe violemment Mortimer immobilisé - Sato 2 P 35 V 1. Il tente d'écraser Mortimer sous un bloc de rocher - Pyramide 1 P 50 V 1- C'est certainement  lui qui conduit la Lincoln noire qui cause la mort d'Abdul Ben Zaim - Pyramide 1 P 38 V 14  ;  A un niveau de moindre importance, il provoque deux accidents de la route : l'un au Caire à bord d'une Lincoln noire immatriculée 312 - Pyramide 1 P 26 - l'autre à Paris au volant de la Ford Custom bleue immatriculée 2878 CV 75- SOS P 1. On note que la plupart du temps, ces actions violentes sont de son propre fait et non dictées par une autorité supérieure telle Olrik. Son tempérament impulsif et emporté y est pour quelque chose et peut également se retourner contre lui : Il est sauvé de justesse par Freddy alors qu'il s'apprêtait à traverser une voie de métro, la haine l'ayant aveuglée au point de ne pas voir la rame arriver. On le décrit "Fou de rage [...] hurlant" - SOS P 36 V 10 et "défiguré par la fureur." - SOS P 38 V 11. On peut penser du reste qu'il est conscient de son état d'excitation et des excès que cela peut occasionner. C'est certainement pour cela que la Custom est conduite par Freddy et non par lui lorsque les deux gangsters se lancent à la poursuite de Blake entre Jouy et Paris. Notons enfin que son nez cassé doit être la trace visible d'un mauvais coup reçu jadis lors d'une bagarre.

 






A  SAVOIR EGALEMENT

 

 

 

*

Sharkey a l'habitude de tutoyer tous tes les personnes qu'il rencontre mais, qu'on ne s'y trompe pas, il s'agit plus du tutoiement  méprisant du "fort" face à ses subalternes qu'à un signe d'amitié ou de fraternité. Les rares exceptions sont vis-à -vis d'Olrik, respect oblige, et du commissaire Pradier au moment où Sharkey tombe entre ses mains - COLLIER P 38 V 5 et 6 et P 40 V 3. On note que, curieusement, Sharkey vouvoie Mortimer (c'est l'unique fois) au moment où il s'aprête à l'exécuter dans la  cave du docteur Grossgrabenstein  : "Vous entendez, Mortimer ?..." - PYRAMIDE 2 P 20 V 13. Ce serait probablement lui faire trop d'honneur que de penser que c'est la solennité et la gravité du moment  qui  pousse le Gorille à agir ainsi.

*

D'après Grossgrabenstein , Sharkey "[...]  n'est pas un mauvais diable mais il a un fichu caractère" - PYRAMIDE 1 P 51 V 6 -  alors que pour le cheik Abdel Razek, pourtant menacé physiquement,  "Cet homme cède  facilement à la colère. Mais il n'est qu'en enfant..." PYRAMIDE 2 P 9 V 1.

*

Pour assouvir son agressivité, il utilise indifféremment un fouet, un revolver  (un 7.65 - SOS P 29 V 13 ou un Luger - COLLIER P 38 V 2) avec ou sans silencieux,  une mitraillette - SOS P 59 V 10, un   pistolet mitrailleur - SOS P 59 V 3 - une matraque - PYRAMIDE 2 P 15 V 12 - ses poings (coups assenés à Blake, Mortimer et au professeur Labrousse), des grenades...

*

A l'instar de son "Patron", Sharkey a occupé différentes fonctions  au cours de sa carrière : Outre le rôle d'homme de main, que l'on  définit également comme "garde de corps" - PYRAMIDE 1 P 38 V 5, on le voit chef d'un chantier de fouilles archéologiques -  PYRAMIDE 1 P 51,  porteur sur l'île de Sao Miguel - ATLANTIDE P 7, secrétaire

d'Olrik - SOS P 25 V 6, policier l'espace de quelques minutes - SOS  P 32 V 4, laquais  arborant une superbe perruque... - COLLIER P 7 à 9.

 

A SAVOIR EGALEMENT

 Sharkey utilise un vocable particulièrement fleuri et gratifie ses ennemis de toutes sortes de qualificatifs ...   "Espèce de macaque" - PYRAMIDE 1 P 49 V 6  et"Vermine" - PYRAMIDE

2 P 21 V 6 - (à Abbas/Blake) "Sale moricaud" - PYRAMIDE 1 P 49 V 11  et "Tête de mule ; Vieux farceur ;  Vieille momie" (à Abdel Razek) - PYRAMIDE 2 P 8 - "Grand-père" - SOS P 29 V 3  et "Moustique" (à Labrousse)- SOS P 30 V 2 - "Sale mouchard" (à Blake) - SOS P 38 V 8 - "P'tite tête" (à son complice Max) - SOS P 47 V 4  et à Duranton - COLLIER P 34 V 1- "Fiston" (à son complice Max) - SOS P 47 V 11,  à son acolyte Jo -  COLLIER P 49 V 2 - et à Kim - SATO 2 P 12 V 9 -  "Imbécile" (à Duranton) - COLLIER P 35 V 1 - "Le barbu" - PYRAMIDE 1 P 50 V 3  et "rosbif" - SATO 2 P 37 V 1(à Mortimer) - "Maudit polichinelle" (au robot-Mortimer) - SATO 2 P 13 V 2. Quant à Olrik, Sharkey l'appelle indifféremment "chef", "Patron", ou"boss". Ce dernier a une préférence  pour "imbécile" lorsqu'il parle de son "Gorille".

 Ses ennemis le lui rendent bien et c'est ainsi que Sharkey se trouve affublé des surnoms suivants :.

  Le speaker d'une radio le décrit comme étant  une "énorme brute au faciès bestial..." - SOS P 48 V 12 - Louis parle d'un "type à tête de gangster". - SOS P 15 V 12 - "Gangster" et "Goujat"  sont également employés par des témoins de l'accident provoqué par Sharkey à Paris SOS P 2 V 1 - alors qu'il s'agit d'une "brute" d'après les usagers du métro - SOS P 37 V 7 - Pradier le qualifie de "Vaillant grenadier" - COLLIER P 58 V 2 Son surnom de "Gorille" est rapporté la Préfecture de Police.- SOS P 46 V 14  * On ignore la nationalité exacte de Sharkey, toutefois on peut très certainement dire qu'il est américain car il est une véritable caricature du gangster d'outre-Atlantique. On le voit également à de très nombreuses reprises parler anglais : "Damned" - PYRAMIDE 1 P 50 V 1 - "Wait a minut you" - PYRAMIDE 1 P 49 V 9 - "Goddam" - PYRAMIDE 1 P 37 V 11 - "I'll break your neck" - PYRAMIDE 2 P 3 V 14 - "Sorry" - SOS P 1 V 9 -""Shut up" - SOS P 5 V 3 - "What !?!" - SOS P 5 V 4 - "Hell" - SOS P 45 V 2- "Damn" - SATO 2 P 37 V 3. Olrik lui recommande même " Combien de fois faudra-t-il te répéter de parler le français ?" - SOS P 5 V 6. Ces expressions pourraient aussi laisser penser qu'il est anglais, toutefois on le voit  traiter Mortimer de "rosbif", surnom réservé aux anglais. L'emploi de cette formule serait étonnant s'il était  anglais lui-même. Les croquis d' E.P.Jacobs pour Sato 2 font également mention de l'expression "A nous deux l'anglais".

 



A SAVOIR ENCORE

*

D'un point de vue vestimentaire, Sharkey arbore généralement la "panoplie " du gangster moyen : complet veston, chemise, chapeau et, alternativement, noeud papillon (SOS, PYRAMIDE 1) ou cravate. (Pyramide 2, COLLIER,  SATO 1et 2) Les autres fonctions qu'il remplie par le biais de ses basses besognes nous le montre également vêtu "décontracté", en chef de chantier, chemise ouverte et manches relevées (PYRAMIDE 1 et 2), ou arborant un costume de paysan des Açores et  notamment un superbe chapeau jaune (ATLANTIDE P 5 V 9), ou encore une livrée de domestique qui s'accommode fort mal à son physique de brute épaisse.(COLLIER P 5 V 5)

*

Si l'on a déjà parlé du "mauvais fond" de Sharkey, celui-ci ne semble toutefois pas dénué de tout scrupule à l'inverse d'Olrik, En effet,  il s'inquiète du sort réservé à ses alliés lorsque le "Colonel" les abandonne froidement, notamment dans SOS Météores : "Gare à Miloch, chef" - SOS P 59 V 10  ainsi que "Hé, chef... et le général ! ?" - SOS P 60 V 6

*

Deux des rares vignettes humoristiques de l'oeuvre de E.P.Jacobs concernent Sharkey : La première dans pyramide 2  P 21 V 12, lorsqu'il est assommé par un vase canope et  qu'au lieu de grimacer de douleur, il arbore un petit sourire niais, coiffé de la partie supérieur du vase à l'effigie d'Anubis et la seconde quant, arrosé par un extincteur brandi par Mortimer, on ne voit, sous la mousse, que ses deux yeux  dessinés de façon démesurée. - COLLIER P 18 V 5






*

Lors de sa dernière aventure au Japon, après avoir fuit avec Olrik en hélicoptère, les dernières paroles de Sharkey  seront "Nous sommes fichus". - SATO 2 P 44 V 6. Effectivement, l'instant d'après, le robot Samouraï entre en collision avec leur appareil, le pulvérisant ainsi que ses occupants. 

*

On ne sait si Sharkey est un prénom, un nom ou même un surnom (Shark = requin en anglais)

*

Il fume indifféremment cigares (SOS P 46) ou cigarettes (Pyramide 1 P 36) et ne refuse pas un petit verre.



Sharkey : l'Album Photo




                                                                            






















 

 












 























 


Publié dans S

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article